Almavia CX et Ibexa accompagnent le Ministère de la Culture à créer une culture de simplicité

La rationalisation et le regroupement du parc digital du Ministère

Le Ministère de la Culture actuel a été créé par le président de Gaulle en 1959 avec pour mission de protéger l'identité culturelle française par la promotion des arts dans le pays et à l'étranger. Depuis plus de 60 ans, le ministère gère également les musées nationaux et monuments historiques ; le siège du ministère étant situé dans l'un de ces monuments historiques : le Palais Royal. L'essentiel de son budget annuel de 4 milliards d'euros est absorbé par la gestion des Archives Nationales et des Maisons de la Culture régionales. 

Cette ampleur de l'activité s'est reflétée dans l'empreinte numérique tentaculaire du ministère. "Lorsque nous avons lancé notre projet de rationalisation, nous avions plus de 200 sites", explique Dorian Bardavid, Chef du Bureau Numérique au Ministère." Certains d'entre eux étaient très anciens et dataient des années 1990. D'autres n'avaient pas été révisés depuis 10 ou 15 ans. Ils étaient inutiles, voire pire, parce qu'ils constituaient une grave menace pour la sécurité et étaient déroutants pour notre audience : il y en avait tout simplement trop. " 

La rationalisation avait trois objectifs principaux : fermer les sites redondants, regrouper la plupart des sites et contenus pertinents sur seulement deux grandes plateformes, et créer une structure où les nouveaux sites ne seraient pas créés en ad hoc (et répliqueraient la prolifération numérique) mais dans le cadre de ces plateformes. Ibexa DXP a été retenu comme plateforme technologique du site institutionnel du Ministère (culture.gouv.fr). 

Le processus laborieux de rationalisation a permis de faire des percées spectaculaires. "Nous avons fermé quelque 50 sites jusqu'à présent", déclare Dorian Bardavid, "et d'ici à la fin de 2022, nous en aurons fermé 80 autres". 

Almavia CX a accompagné le développement du nouveau site institutionnel – ainsi que la migration de 30 000 pages de contenu. "Comme vous pouvez l'imaginer, ce fut un travail énorme", déclare Kévin Pam, Consultant Senior chez Almavia CX. « Pour vous donner une idée : nous avons construit 20 versions du site et traité 174 tickets de support dans le cadre de ce projet. J'ai commencé l'année 2021 sur la version 4.1.10.2 du site et je l'ai terminé sur la 4.1 28. » 

Un meilleur balisage de contenu pour une meilleure expérience utilisateur

Almavia CX a beaucoup travaillé sur le backend pour l'adapter aux besoins du ministère. "C'est pourquoi Ibexa DXP était un bon choix", explique Kevin Pam. "La plate-forme peut gérer un grand nombre de sites tout en ayant la flexibilité qui vous permet de personnaliser le backend. De ce fait, nous avons pu ajouter de nouvelles fonctionnalités à valeur ajoutée pour le Ministère de la Culture, mais qui ne sont pas nativement disponibles dans Ibexa DXP car on ne peut pas tout prévoir et chaque client est différent. 

Une fonctionnalité cruciale pour l'efficacité du nouveau site culture.gouv était le balisage. Avant la refonte, le contenu n'était pas du tout balisé. Par exemple, le contenu d'un site archéologique en Normandie pouvait être placé à la fois dans les sections « Normandie » et « archéologie » du site Web, ce qui ajoutait beaucoup plus de pages et le rendait inutilement complexe. 

"C'était frustrant pour l'utilisateur", explique Dorian Bardavid. "En termes de référencement, c'était loin d'être optimal, car nous avions tellement de contenu dupliqué - un contenu identique avec des URL différentes. Nous avons maintenant mis en place un système de marquage. Le contenu n'est alors ajouté qu'une seule fois et est taggué. 

Cela a transformé l'expérience de navigation du visiteur qui peut désormais interroger le site selon le type de contenu, le thème, la région, le sujet et la date de publication.  

"C'est aussi très facile à mettre en place pour les contributeurs", ajoute Dorian Bardavid, "et c'est grâce à Ibexa DXP et à la modularité de Page Builder. Cela permet aux contributeurs d'ajouter des briques de différents contenus à la volée et leur donne beaucoup d'options sur la façon dont ils veulent afficher ce contenu. 

Les gains de temps permettent aux éditeurs de passer du temps à écrire et à rechercher du contenu en un rien de temps

Un "bouton de modification" amène le contributeur au backend de la plateforme pour éditer ou taguer directement le contenu. "Cela fait gagner tellement de temps", déclare Dorian Bardavid. "Sans ce bouton, vous devriez aller sur la page d'administration, entrer dans l'arborescence, sélectionner "Normandie", sélectionner "actualités" si tel est votre type de contenu, puis aller sur "archéologie" pour éditer votre contenu. C'est cinq ou six clics, au lieu d'un. "

« Ce sont des fonctionnalités comme celles-ci qui nous aident vraiment. Je veux que nos contributeurs passent leur temps à écrire des articles ou à rechercher des illustrations, pas à gérer le site. » 

Le nouveau contenu est taggué, mais qu'en est-il des 30 000 pages de contenu « legacy » ? 

Almavia CX a mis en place une solution qui exploite l'IA pour lire et baliser le contenu. "L'API propose des balises à nos contributeurs, qu'ils peuvent ensuite ajouter ou refuser", explique Dorian Bardavid. 

La valeur ajoutée d'Ibexa DXP se trouve sur des sites comme le nôtre où il y a plus de 100 contributeurs. C'est très pratique à gérer. Vous pouvez isoler chaque section de contenu, établir des droits et des workflows d'une manière impossible sur d'autres plates-formes technologiques.

Dorian Bardavid, Chef du Bureau Numérique, Ministère de la Culture

Le logiciel Syllabs "note" ses suggestions, indiquant au contributeur à quel point l'algorithme est certain que la balise est exacte. "Les notes sont incroyablement utiles, mais c'est le contributeur qui décide, pour l'ancien et le nouveau contenu." 

Pour faciliter davantage la recherche, Almavia CX met en place une solution de moteur de recherche embarquée dans de nombreux sites d'e-commerce – celui du géant français de la distribution Darty, par exemple. "Le logiciel Algolia aide à finaliser automatiquement votre recherche", explique Dorian Bardavid. « Si vous tapez « danse », cela vous donnera immédiatement le dernier contenu « danse » marqué comme actualité, mais vous permettra ensuite de sélectionner par région et/ou type de contenu.  

"Ceci est encore en cours de développement, mais l'objectif ultime est de rendre la recherche aussi fluide que possible." 

Gestion facile et création rapide des sites

Un autre axe majeur de la refonte numérique du ministère était de faciliter la création de nouveaux sites ; et de les intégrer sur ses plateformes. Ibexa DXP accompagne les sites des nombreuses manifestations culturelles nationales organisées par le ministère, comme la populaire Fête de la Musique. Les sites événementiels sont des modèles adaptables rapidement grâce aux fonctionnalités modulables du Page Builder Ibexa. 

Le trafic augmente nettement lors des événements ; l'an dernier, il a atteint près de 150 000 visites quotidiennes pour les Journées du patrimoine, qui célèbrent le patrimoine culturel français et européen. La fréquentation est en hausse depuis le début des rationalisations. En 2021, 18,4 millions de personnes au total ont visité les sites du ministère, en hausse de 30% par rapport à 2019, l'année précédant la crise du Covid. 

Une autre statistique intéressante est l'accessibilité. Au début du projet de développement, le site institutionnel culture.gouv était évalué de façon indépendante à 30 % d'accessibilité. « Nous avons dû mettre en place de nombreux changements », explique Kevin Pam, « mais nous sommes maintenant à 80,6 %, bien au-dessus de la cible de 75 % fixée par le Ministère de la Culture. 

Bien que l'accessibilité ne dépende pas particulièrement de la technologie, Ibexa DXP a été un facteur important dans le succès d'autres aspects de la relance. 

C'est ainsi que Dorian Bardavid considère la contribution d'Ibexa. 

"La valeur ajoutée d'Ibexa DXP se trouve sur des sites comme le nôtre où il y a plus de 100 contributeurs", conclut Dorian Bardavid. « C'est très pratique à gérer. Vous pouvez isoler chaque section de contenu, établir des droits et des workflows d'une manière impossible sur d'autres plates-formes technologiques."

« Nous portons deux grandes plateformes sur Ibexa DXP : le site central culture.gouv et les sites événementiels. Je vois vraiment Ibexa comme un élément clé de mon portefeuille d'outils pour soutenir la stratégie de rationalisation du ministère. 

A propos d'Almavia CX

Almavia CX accompagne la mutation des entreprises et administrations dans la transformation digitale de leur relation client et de l'expérience client, qui évoluent sous l'influence des nouveaux canaux et services numériques.